Auteur: Francis38

Début septembre 1944

Cette bataille porte mal son nom puisque Mons n’a pas fait partie de son déroulement. On peut supposer qu’on lui a attribué ce nom de ville du fait de sa proximité. Mons par contre a vu passer les restes de la glorieuse armée allemande.

Pour comprendre cette importante étape dans la défaite allemande, il est nécéssaire de mentionner quelques faits et dates.

6 Juin 1944

Les alliés débarquent sur les plages de Normandie.

7 Juin

Libération de Bayeux

26 Juin

Libération de Cherbourg

9 Juillet

Libération de Caen

1 Août

Libération de la Bretagne

21 Août

La bataille de Normandie se termine dans la poche de Falaise par la défaite des armées allemandes ce qui précipite sa retraite.

Fin Août 1944

les armées allemandes, repoussées de toutes part par les forces alliées, tentent à tout prix de rejoindre le Reich pour se regrouper et défendre le « Vaterland »

Le 30 Août

la 3ème Division Blindée US (Spearhead) reçoit l’ordre de foncer sur Mons

Le 1er Septembre

elle se met en route avec ses 600 chars de combat. Elle ne rencontre d’abord qu’une résistance peu consistante et atteint le sud de L’Avesnois. Son avancée très rapide surprend les allemands déjà en pleine retraite.

Celle-ci se fait en ordre mais avec des moyens pour le moins hétéroclites. En dehors des chars et autres blindés, on a pu voir des groupes de soldats à vélo, de maigres chevaux tirant des charettes, aussi bien militaires que civiles ou encore tirant divers véhicules blindés légers chargés de soldats exténués. Egalement, beaucoup de véhicules civils « récupérés » surchargés d’équipements divers.

Le 2 Septembre

bien que ralentie par le manque de carburant dans son Combat Command B, la 3ème Division Blindée libère Avesnes puis Maubeuge.

A 16 heures la frontière belge est franchie et les faubourgs de Mons sont atteints vers 18 heures.

La Division a pris les troupes allemandes de vitesse et près de 60.000 soldats sont pris dans une nasse s’étendant de Bavay à Cambrai.

Des barrages, généralement composés de 1 ou 2 chars accompagnés d’un peloton de GI’s, sont établis sur les routes empruntées par les allemands. Leur rassemblement en unités militairement valables en est fortement contrarié.

Ces barrages fonctionnent dans les 2 sens. Il s’agit en effet d’ empêcher l’ennemi de sortir de la nasse mais également de capturer  les arrières gardes qui tentent à se rapprocher de l’Allemagne.

Dans la nuit du 2 au 3 Septembre

la route Maubeuge – Mons va être attaquée en plusieurs endroits par des colonnes tentant de forcer le passage. Une autre colonne est bloquée à Bois-Bourdon et de violents combats s’engagent. Toute la nuit des escarmouches éclatent en divers endroits.

Réalisant la situation devenue incertaine et afin d’éviter le débordement, la 3ème AD appelle l’aviation en renfort et se fait appuyer par la 1ère  Division d’ infanterie pour nettoyer le secteur.

Le 3 Septembre au matin

les escadrilles US frappent fort et les colonnes allemandes bloquées à Goegnies-Chaussée sont décimées. Les P47 Thunderbolt éliminent plus de 400 véhicules et leurs occupants.

Quelques photos terminent cet article. Elles montrent la terrible efficacité

de ces avions et le véritable carnage sur la route.

Tout le secteur, Ghlin, Bavay, Blaregnies, Sars la Bruyère, Frameries, Quévy, Ciply sera également nettoyé grâce à la 1ère ID qui éliminera plusieurs « Kampfgruppe » tentant de s’infiltrer dans la région.

Au soir du 3 Septembre

2.000 tués et 5.000 blessés ou prisonniers allemands furent décomptés.

Quatre jours plus tard, après une résistance allemande cahotique, la 3ème AD avait fait 25.000 prisonniers dont 300 officiers. Certaines sources mentionnent jusqu'à 45.000 prisonniers. Ce nombre important de prisonniers devint d’ailleurs un problème pour les parquer, les garder, les soigner et les nourrir.

Les pertes allemandes ont été importantes. 40 chars, 100 engins blindés,

120 pièces d’artillerie,près de 2.000 véhicules…

Mais, malgré de lourdes pertes en hommes et en matériel, près de 40.000   hommes réussirent à rejoindre leurs lignes.

De son côté, la 3ème Armored Division se dirige le 4 Septembre vers Namur et continuera vers Huy et Liège en se rapprochant de l’Allemangne.

NB : Désolé pour la qualité des photos.

Ce texte a été largement inspiré du livre

Libération en Septembre 1944 de la région Mons-Borinage-Bavay-Maubeuge
par Y.Bourdon, C.Faucon, M. Toubeau et H. Huet
édition Quorum

Goegnies-Chaussée après le passage des P 47
La Poche de Mons
La Poche de Mons
La Poche de Mons
Commune de Ciply Commune de Jemappes Commune de Quévy  37th Field Hospital
La Poche de Mons
La Poche de Mons
La Poche de Mons
Près de Mons. Prisonniers allemands
La Poche de Mons

 

 

 

Auteur: Francis38



honorin le 2014/07/28 18:40
Comme d'habitude c'est dans notre région que le feu se déchaina.


Commentaires par Page
5 - 10 - 20








Vos commentaires seront lus par d'autres visiteurs et seront affichés en page d'accueil.
Merci de bien vouloir soigner la rédaction de vos messages.




Attention, suite aux nombreux spams et messages anonymes, en postant un commentaire,
comme sur un forum,votre ip:54.221.93.187 sera stockée sur notre base de données.
En postant un commentaire, vous recevrez un message à chaque fois qu'un utilisateur y répondra.