La V2 n'est pas, loin s'en faut, un projet qui prit la suite des V1. En fait, ce fut même un concurrent de la V1, projet du RLM (Reichsluftfahrtministerium : ministère de l'air), qui voyait d'un assez mauvais œil des projets aériens lui échapper.

Pour les chercheurs de la VfR (Verein für Raumschiftfahrt), la création du centre de Peenemünde pouvait être considérée comme une aubaine. Sur l'île d'Usedom, ils allaient pouvoir donner la mesure de leurs capacités. Pendant que les Américains, absorbés par la mise au point de l'arme atomique et le développement des armes conventionnelles, négligeaient les travaux de Goddard sur les fusées, le IIIème Reich établissait un programme accéléré de recherche à Peenemünde, comparable à celui du Manhattan Project. On fut vite loin des petites fusées Mirak de la Raketenflugplatz de Berlin. D'engins pesant à peine 60 kg et mesurant au plus 1m, l'équipe de Von Braun s'attaqua à bien plus ambitieux: des machines de 14 tonnes!

La fusée A4, plus connue sous le nom de V2, était le fruit d'une dizaine d'années de recherches. Sa sœur aînée, la Aggregat 3 (A3) avait été un échec, explosant au sol à chaque essai. Pourtant, cette base de Peenemünde verra le 3 septembre 1942 un prototype de la A4 élever ses 14 tonnes à 87 000 mètres d'altitude.

La A4 devint la V2 (Vergeltungswaffe 2). On passa très vite à une production en série de ces engins qui, nantis d'une ogive contenant 910 kg d'amatol (un explosif résistant aux hautes températures), avaient une portée de 300 km.

Le 8 septembre 1944, une formidable explosion retentissait en Angleterre, à Chiswick, suivie seize secondes plus tard d'une autre à Epping. Le gouvernement anglais tenta d'étouffer l'affaire en attribuant ces explosions à des fuites de gaz, mais la population comprit vite que l'Allemagne les frappait avec une nouvelle arme. La V2 posait un problème bien plus difficile à résoudre que la V1: impossible d'intercepter un projectile qui tombe du ciel à la verticale et à la vitesse du son!

En fait, les services secrets britanniques connaissaient la machine: en juin 1944, une A4 non armée était tombée sur le territoire suédois et des spécialistes britanniques s'étaient secrètement rendus sur place pour étudier les débris de l'engin.

L'un des principaux problèmes posés par ces V2 est qu'au lieu des massives installations fixes de 48 m qu'utilisaient les V1, des installations mobiles bien plus discrètes leur suffisaient. Les repérer et les détruire était singulièrement difficile. Un autre danger planait, sur les américains cette fois: les allemands prévoyaient l'élaboration de systèmes destinés à atteindre les Etats-Unis. Des silos sous-marins auraient été amenés à proximité de la côte américaine par nouveaux U-Boote Type XXI. Ce projet avait commencé à être étudié par Wolfsburg-Volkswagen à la fin 1944.

La même fusée qui avait causé la mort de milliers de personnes, tant dans les villes où elle s'abattit que dans les usines concentrationnaires où elle fut construite, servira de fondement à l'épopée spatiale américaine. Faut-il remercier Werner von Braun?

Hauteur :
14 m
Poids au décollage :
12,9 tonnes
Poussée du moteur :
25 000 kg
Vitesse maximale :
5 500 km/h
Charge explosive :
1 tonne
Portée : 320 km.



Aucun Commentaire Posté pour le moment
Soyez le premier à poster un commentaire.








Vos commentaires seront lus par d'autres visiteurs et seront affichés en page d'accueil.
Merci de bien vouloir soigner la rédaction de vos messages.




Attention, suite aux nombreux spams et messages anonymes, en postant un commentaire,
comme sur un forum,votre ip:54.221.93.187 sera stockée sur notre base de données.
En postant un commentaire, vous recevrez un message à chaque fois qu'un utilisateur y répondra.